Succès pour cette première table ronde sur le grand-âge

Mercredi 27 Mars s’est déroulée la table ronde sur le financement de la dépendance et de l’autonomie. Pour répondre à ces questionnements sur l’avenir du grand-âge dans notre système de santé, 4 intervenants de choix étaient présents pour échanger ensemble sur le sujet :

  • Dominique Joseph, Secrétaire Générale de la Mutualité Française
  • Jean-Luc Chenut, Président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine
  • Roméo Fontaine, Économiste et collaborateur au Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge
  • Patrick Leroux, Président de la CARSAT Bretagne

A l’issue de cet échange entre les intervenants et avec le public, plusieurs points ont été abordés.

Retour sur les interventions

Le débat a d’abord débuté par une approche contextuelle de la perte d’autonomie. Avec une augmentation de 3% de personnes en perte d’autonomie par an, la dépendance coûte aujourd’hui 30 Milliards d’euros en France. Un chiffre qui pourrait par ailleurs s’élever à 60 Milliards en 2060. A ce sujet, les intervenants ont alors rappelé l’intérêt économique et social de développer la prévention, dont la plupart des actions permettent de diminuer les risques de dépendance.

Il a été rappelé la dimension sociétale que représente le bien-être et le bien-vivre, d’où l’intérêt de prévenir le repérage des fragilités chez les personnes les plus à risques. En ce qui concerne le financement de ces perspectives, Dominique Joseph a fait un point sur les propositions de la Fédération : l’intérêt de poursuivre le développement d’un socle de solidarité nationale, afin que tous contribuent au financement du grand-âge. « Le projet de loi sur la perte d’autonomie doit être pensé comme une approche globale, et doit faire l’objet d’efforts partagés entre les différentes parties » précise-t-elle.

Enfin, le sujet des aidants à été abordé. Dans ses nombreuses propositions, la Mutualité Française relève l’importance de reconnaître le rôle des aidants qui sont, eux aussi, la cible de certaines fragilités. A ce propos, Roméo Fontaine rappelle que « chaque aidant est une personne fragilisée qui s’ignore ». Là encore, la prévention joue un rôle capital puisqu’elle est pensée comme une approche systémique qui prend en compte la personne en perte d’autonomie, mais également son écosystème, et les acteurs qui l’accompagnent.

A la fin de ces interventions, un temps d’échanges avec le public leur a permis de soulever des questionnements, et d’exprimer leurs différentes prises de position sur le sujet.

 

Introduction de la table ronde par Fabienne Colas, Présidente de la Mutualité Française Bretagne

 

Dominique Joseph, Secrétaire Générale de la Mutualité Française

Intervenante du public

 

A ce sujet, vous trouverez un retour de Ouest-France sur  cette table ronde ici : http://k6.re/VkjP1

La Mutualité Française Bretagne remercie les nombreux participants pour leur venue et leur investissement sur le sujet, ainsi que Ouest France pour cette co-organisation. Face au succès de cette première table ronde sur le financement du grand-âge, cet événement marque le début de nombreux autres débats en Bretagne.